• Retrouvez nous sur Facebook
  • Retrouvez nous sur Twitter
  • Retrouvez nous sur Youtube

Poil de toutou, le BLOG

Pour plus d'interactivité, Poil de toutou dédie cette page aux personnes qui souhaitent se tenir au courant des actualités du salon, réagir aux événements et partager des commentaires.

 

Manifeste pour les animaux

Publié le 25/10/2013

Sous l'égide de la fondation 30 millons d'amis, 24 personnalités ont signé un manifeste pour faire reconnaître le droit des animaux :

 

POUR UNE EVOLUTION DU REGIME JURIDIQUE DE L'ANIMAL DANS LE CODE CIVIL RECONNAISSANT SA NATURE D'ETRE SENSIBLE


Les animaux sont encore définis par le code civil comme des choses sur lesquelles l'homme peut par conséquent exercer un droit absolu.

Nous n'ignorons pas que toute tentative de faire évoluer cette classification se heurte à la force des habitudes et soulève invariablement des objections d'ordre économique. Nous l'ignorons d'autant moins que c'est le cas chaque fois qu'est réclamée la légitime considération dûe à un groupe exploité ou opprimé.

Certes, les animaux ne sont pas des êtres humains. Ce n'est pourtant pas la proclamation d'une dignité métaphysique mais certains attributs - capacité à ressentir le plaisir et la douleur notamment - que les humains partagent avec au moins tous les vertébrés, qui enracinent les droits les plus fondamentaux. Et bien que dans diverses réglementations françaises et européennes, les animaux soient reconnus pour leur qualité d' "être sensibles" encouragés en ce sens par les progrès de la connaissance scientifique, ils demeurent de manière de plus en plus contradictoire des biens meubles dans notre code civil.

 

POUR QUE LES ANIMAUX BENEFICIENT D'UN REGIME JURIDIQUE CONFORME A LEUR NATURE D'ETRES VIVANTS ET SENSIBLES ET QUE L'AMELIORATION DE LEUR CONDITION PUISSE SUIVRE SON JUSTE COURS, UNE CATEGORIE PROPRE DOIT LEUR ETRE MENAGEE DANS LE CODE CIVIL ENTRE LES PERSONNES ET LES BIENS.

 

Signataires : C. ANDRE (psychiatre), B. CYRULNIK (éthologue), A. FINKIELKRAUT (philosophe), J. JULLIARD (historien journaliste), M. ONFRAY (philosophe), M. RICARD (docteur en génétique cellulaire), F. BURGAT (philosophe), D. DECOIN (académie Goncourt), E. DE FONTENAY (philosophe), F. LENOIR (philosophe), E. ORSENNA (académie française), D. SALLENAVE (académie française), D. VAN CAUWELEART (écrivain), P. DEVIENNE (vétérinaire), I. FRAIN (écrivain), J-P MARGUENAUD (professeur de droit), P. RAHBI (philosophe), E. UTRIA (philosophe), A. COMTE-SPONVILLE (philosophe), L. FERRY (philosophe), M-A HERMITTE (docteur en droit), E. MORIN (sociologue), H. REEVES (astrophysicien), F VITOUX (académie française)

 

Vous aussi, rejoignez les signataires de ce manifeste en signant la pétition qui sera adressée à Madame la Ministre de la justice.

Envoyer à un ami

* champs obligatoires
Par filou le 07/11/2013
je suis entièrement d'accord avec vous.
j'ai 67 ans et j'ai eu des chiens toute ma vie je les respecte comme les humains.
Par margot le 28/10/2013
L'animal est un être vivant et doit bien sûr être considéré comme tel. En tant qu'humain, nous avons l'obligation de respecter sa vie et de faire tout ce qui est nécessaire pour son bien. Nous en sommes responsables ; il est évident qu'une loi de sauvegarde et de protection doit être mise en place ; je pense d'ailleurs que tous les animaux devraient être déclarés et limités dans la reproduction car il y a vraiment de l'abus (on prend quand c'est petit (c'est si mignon),on abandonne quand ça gêne, etc... il devrait même y avoir des contrôles et l'état devrait financer ces postes...
Par Ismaël Chivot le 28/10/2013
Coiffeur, confident de la personne physique et mis en valeur de celle-ci.
Pourquoi nos amis les animaux n’auraient pas le même statu.

* champs obligatoires

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné au traitement de votre demande. Le destinataire des données est l’éditeur du site. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à l’éditeur du site. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. »